Bardini Jean-Marc

Psychologue clinicien-Psychothérapeute-Psychanalyste
Cabinet de Psychologie Botzaris Buttes Chaumont

Mon engagement professionnel et mes fondements éthiques reposent sur des valeurs humanistes et une expérience clinique permettant à chacun, selon son rythme et ses disponibilités, de bénéficier d'un espace d'expression et d'écoute, afin de pouvoir adresser une parole à un professionnel formé à la recevoir, et pouvoir ainsi être entendu.

Bardini Jean-Marc

Accueil et accompagnement proposés

Dans le cadre de mon activité de Psychologue, Psychothérapeute et Psychanalyste, j'accueille des enfants, des adolescents, des adultes, des familles et des groupes de parole pour lesquels je propose :


  • - Un soutien psychologique temporaire pour surmonter une difficulté spécifique (entretien professionnel, examen, etc.).
  • - Un accompagnement psychothérapeutique régulier pour faire face à une anxiété, une séparation, un mal être lié à l'estime de soi, une difficulté d'ordre scolaire, professionnelle, intime ou parentale, un deuil, un stress.
  • - Un travail d'ordre psychanalytique sur des pensées, une histoire sources de préoccupations.
  • - Des groupes de paroles et de soutien médiatisés entre patients

Domaines d'intervention psychologique et psychanalytique

  • Image négative de soi, problèmes de confiance et d'estime de soi.
  • Souffrance familiale : deuil, séparation, divorce, enfance perturbée, maladie, handicap, reconfiguration familiale, adoption, désir d'enfant, parentalité, homosexualité.
  • Conflits parents-enfants, parents-adolescents.
  • Difficultés professionnelles et souffrance au travail, stress, burn out.
  • Problèmes d'identité et d'adaptation : affirmation de soi.
  • Gestion du stress, des émotions, des conflits.
  • Problèmes scolaires ou professionnels : concentration, mémoire, motivation.
  • Bilans et évaluations psychologiques : tests de quotient intellectuel et quotient émotionnel (QI et QE). Tests Projectifs : Rorschach et TAT enfants, adolescents, adultes.
  • Difficultés relationnelles : au sein du couple, de la famille, au travail.
  • Somatisations : peurs, angoisses, dépression, anxiété, phobies, obsessions.
  • Sentiment de ne pas être aimé : culpabilité, sentiments d'infériorité, de rejet.
  • Traumatismes : choc émotionnel, attentat, PTSD, accident, abus sexuel, IVG, perte d'emploi, maltraitance physique et psychique, harcèlement, situation d'emprise.
  • Troubles alimentaires, addictions, suicide, délinquance, compulsion sexuelle, toxicomanie, alcoolisme.
  • Crise d'angoisse/crise de panique.
  • Troubles sexuels, interrogation sur l'identité sexuelle.
  • Dépendance affective.
  • Souffrance psychotique.

Ces difficultés, quand elles s'inscrivent dans la durée et s'amplifient, constituent une raison capitale pour consulter un professionnel autorisé. Un sentiment de mal être diffus mais inapaisable peut également amener une personne à entamer une démarche thérapeutique.


Quand décider de débuter une psychothérapie ?

  • Face à des événements douloureux de la vie, quand une situation nous confronte à une difficulté source de souffrance impossible à contenir et qui nous déborde.
  • Quand la pression sociale et/ou familiale devient intolérable et douloureuse sur le plan psychique et/ou somatique.
  • Quand nos contradictions personnelles nous amènent à éprouver un mal être diffus, ou nous entrainent vers des « passages à l'acte » répétés.
  • Quand nous souhaitons faire un choix, nous poser en responsabilité, décider d'une direction à prendre dans notre vie, sans y parvenir.
  • Quand ce que nous nommons « symptôme » devient trop encombrant et fait obstacle à notre épanouissement personnel.

Les questions susceptibles d’être abordées en séances

  • La construction de l’individu, notamment dans ses dynamiques affectives et sentimentales.
  • Les références qui nous servent à bâtir notre identité, à exister, à nous sentir bien.
  • La question de la parenté et de la filiation.
  • Les nouvelles exigences et formes familiales, professionnelles, sociales.
  • La relation que nous entretenons face au regard de l’autre (parents, adultes, société, etc.).
  • Le risque de perdre, notamment l’amour et/ou l’affection de l’autre, entrainant parfois un danger d’effondrement personnel et son corollaire un risque de désintégration de la vie sociale.
  • Nous serons amenés à travailler sur des questions liées à la perte de la confiance et de l’estime de soi, au manque de reconnaissance et de légitimité, sur les histoires individuelles et familiales. Les situations considérées se trouvent souvent reliées à des difficultés à trouver sa place, à pouvoir l’occuper et à s’y épanouir.
mentions légales